Le nord,

Après Noël, nous sommes allés prendre quelques jours de vacances dans les parcs nationaux du nord, proches de la frontière laotienne. Nous sommes partis sac au dos, tente sous le bras, avec un ami : Frédéric.

Nous sommes d'abord allés dans une petite ville sans intérêt : Loei, qui fut notre base de départ. Il y faisait un froid de canard la nuit, d'où quelques photos intéressantes. Vous pourrez aussi admirer le marché et ses produits locaux, ainsi qu'une campagne électorale bien différente de ce qu'on voit en France...

Nous sommes ensuite partis pour le parc de Phu Rua, en montagne, où nous avons monté la tente quelques jours. Au programme une fois là-haut : promenade et soirées feu de camp : ici aussi, ça caillait. Ca change de Bangkok. On s'est fait inviter à manger par un sino-thaï trop content de pouvoir parler anglais, et nous sommes levés à 4h du mat pour aller voir avec lui le lever d'un soleil qui lui, a fait la grasse matinée et ne s'est jamais levé. (Il y avait de la brume...)

Re-descente ensuite sur la ville la de Phu Rua, où nous avons admiré un festival des fleurs. Grands chars dignes du carnaval brésilien recouverts de fleurs, vente de plantes en tout genre, et bien sûr, soirée spectacle dont vous ne verrez pas d'image parce que les photos de loin la nuit, ça n'est pas possible.

Ensuite, re-grimpette dans un autre parc : Phu Kradung. La montée était abominable : 1000 mètres de dénivelé sur les 5500 premiers mètres, puis encore 3500 mètres pour finir, heureusement sur terrain plat. Là bas, hallucination totale, on a cru arriver dans un camp de réfugiés : 3000 tentes identiques montées les unes collées aux autres. C'était simplement les jeunes thaïlandais qui venaient passer le réveillon ici. Ce fût l'horreur : files interminables à la douche, qui était un bac d'eau glacée dans un mètre carré de tôle ondulée, avec toilettes comprises. Alors que le froid nous poussait en anorak dans nos duvets, les thaïlandais, bien au chaud sous des litres de whisky thaï, poussait la chansonnette avec leurs guitares toute la nuit. Heureusement, le parc s'est vidé dès le 1er janvier et nous avons retrouvé le calme que nous étions venus chercher.

Là encore, belles balades, beaux couchers de soleil comme Rams en raffole, et chouettes vacances.

Le retour sur Bangkok nous a par contre très vite remis dans l'ambiance folle de la ville. En effet, pas moyen de trouver un bus "de luxe", c'est à dire avec des sièges de plus de 30 cm de large. Nous avons donc fait le trajet en bus 3ème classe, à trois personnes sur l'équivalent d'une banquette de métro, avec un arrêt tous les 300 mètres environ, histoire de faire descendre ou monter un passager, et avec au volant un conducteur fou. C'était loin d'être le seul fou, d'ailleurs. Un autre avait monté son scooter à l'intérieur du bus, et il fallait l'escalader pour pouvoir monter. Le vendeur de billet passait de l'intérieur du bus jusqu'au toit en plein trajet, sans que le bus ne ralentisse sa course folle, sûrement pour détacher les bagages, histoire de perdre moins de temps à chaque arrêt. Le trajet dura 10 heures... Après une nuit pareille, il nous a bien fallu une journée de sommeil pour récupérer des vacances !

 

Loei        Phu Rua        Phu Kradung

 

 

 

sommaire